Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Dijon – Livrosaurus Rex – Festival du livre et des cultures libres

mai 18 @ 10:30 am - mai 19 @ 8:00 pm

Livrosaurus Rex, Le festival du livre et des cultures libres se tiendra les 18 et 19 mai 2024 à l’espace autogéré des Tanneries, à Dijon. Cette année, le thème des discussions portera sur la critique des technologies et de l’industrialisation du monde.

C’est à partir de la formule « Casser leurs marchines / fabriquer les nôtres » que nous construisons actuellement le programme du festival. Il s’agira de faire la lumière quant à ce qu’elles détruisent et ce qu’elles transforment du vivant, de nos vies et de nos dépendances. C’est à travers la réappropriation, la création et la réparation des outils et de certaines techniques, la désertion de certain·es autres, que nous tentons de nous sortir du piège.
Comment réagir à l’arrivée de Chat-GPT dans nos vies ? Où en est-on de la reconnaissance faciale ? Qui sont les luddites d’hier et qui sont celleux d’aujourd’hui ? Quelles pratiques de la médecine autonome nous propose le collectif Gynepunk ?
Certain·es des organisateur·ices de ce festival prennent des hormones. Certain·es dorment dans une maison autoconstruite. D’autres vont à des formations pour être autonome en énergie. Certain·es utilisent un smartphone, d’autres non. Certain·es ont réussi à ne pas installer google dessus. D’autres écrivent sur whatsapp et scrollent sur insta. Les mêmes réparent le tracteur.
Nous pensons que la techno-critique est fondamentale pour s’armer contre le vieux monde. Nous pensons aussi que les pensées queer et féministes le sont tout autant pour s’armer contre ce même vieux monde. Et c’est ensemble que nous le poussons au fond (au bord ? ) du gouffre.

Au programme

Mises à jour sur : https://festivaldulivre.tanneries.org/

Tout le weekend

Marché au livre, affiches, dvd, rencontres avec les auteurs et éditeur.ices. 10H/18H
Tout le week-end, en discontinu :
–Le guichet : cyber-café lowtech et feu de bois
–Youpi goûter : pancakes divinatoires, churros de l’amitié, gâteaux loterie et galettes du destin
–Village de carton pour les personnes pas trop grande en taille
–Profitez du jardin en buvant du ice tea ou de la biére made-in-tanneries
–L’autrice Lisa Lugrin sera présente au festival et parlera de sa dernière BD magnifique Terres rebelles : Le voyage zapatiste en Europe (avec des bouts de territoires dijonnais dedans). Avec l’auteur de BD Clément Xavier, qui sera là aussi, iels nous réservent d’autres surprises.
–Qui sait ? L’autrice de OK CHAOS déclamera peut-être quelques poèmes à l’heure du déjeuner ❤
–Attention ! Un atelier Désintoxication numérique est en cours d’élaboration

Vendredi 17 mai
  • 18h30 /// La lutte des luddites – histoire racontée des briseurs de machines des années 1800.
    Partons à la rencontre des premiers technocritiques de l’ère industrielle : les Luddites, ouvriers de l’industrie textile de l’Angleterre du début du 19e et leur mystérieux général Ludd. Pour avoir brisé les premières machines à tisser industrielles entre 1810 et 1816, ils ont été sévèrement réprimés. Qui sont leurs héritier·es ?
  • Repas /// FRITES pour bien commencer le Ouïkend
  • Soirée /// Concert + DJ set -> programmation à venir
Samedi 18 mai

Pour les plus jeunes à 11 heures /// projection “Le chant de la mer”

  • 10h30 /// Sucré-salé : comment obtenir une bonne lutte avec de l’anti-indus et du féminisme à l’intérieur ? Par Loukoum et Whalesplash, de l’équipe d’orga du Livrosaurus Rex.
    Critique sociale de la dématérialisation du monde, analyse du pouvoir nucléaire, réflexion sur le contrôle numérique…La pensée anti-industrielle est indispensable d’une part à la critique du capitalisme et de ce qu’il détruit du vivant et d’autre part pour nous organiser afin d’y faire face et construire d’autres manière d’être au monde. Pourtant, à mesure que les GAFAM sont de plus en plus puissants et que nous abandonnons nos bigophones pour des smartphones, cette pensée est de moins en moins connue – nombreux·ses sont celleux qui ne veulent plus en entendre parler, vu que certains de ses chefs de file ont des postures antiféministes. Nous proposons donc une plongée utile dans la pensée anti-industrielle, en racontant ses apports, ses limites et en tentant des pistes pour qu’il puisse être possible d’être critique de la société industrielle et féministe aussi !
  • 14h /// IA : La justice sociale et le vivant face aux superpuissances de calcul Par Celia Izoard.
    L’intelligence artificielle est souvent perçue comme une série de nouveaux usages, de Chat GPT aux deepfakes, en passant par la traduction automatique. Mais que représentent, matériellement, ces superpuissances de calcul électronique, des mines aux data centers ? Quelles ressources sont nécessaires au fonctionnement de l’appli la plus anodine ? Au fil d’un voyage dans les rouages de l’IA, on se demandera comment elle affecte les plus vulnérables et quel en est l’enjeu et le prix de sa « démocratisation ».
  • Quelque part dans l’aprés-midi ///Frange frange frontale
    Concert de poche, nappes fleuries, loops sonores, bon ambient garantie. Bienvenue à bord, installez-vous confortablement. Détendez-vous. Les boucles de frange frange vous saisissent et vous plongent dans une sensible torpeur. Bientôt votre ouïe est trouble et les mots résonnent dans votre tête sans encombre. Les échos de sa voix se propagent dans l’habitacle. Vous êtes transporté.es dans la forêt, près d’une rivière, au bord du monde. Le bruit d’une tronçonneuse se dissipe dans un chant baroque et se mêle à la cadence bancale d’outils de chantier. Une histoire de sirène submerge le vacarme laissant place au parcours d’une feuille morte jusqu’à la mer. Bienvenue dans l’antre de frange frange. Elle accueille les âmes saoulées et les esprits brouillés.
  • 16h /// Concert /// St Hubert – le concert qui occupe les enfants en les amusant. Par contre les adultes risque d’avoir envie d’écouter aussi parce que c’est vraiment bien.
  • 16h /// La vidéosurveillance algorithmique menace nos villes, contre-attaquons !
    Par Marne et Noémie de la Quadrature du Net
    Qu’est ce que c’est la vidéosurveillance algorithmique ? D’où vient-elle et comment fonctionne-t-elle ? Quels sont les dangers socio-politiques qu’elle renferme ? La Quadrature du Net vient partager idées et projets pour se mobiliser ensemble dans les mois qui viennent (allô vous avez dit JO ?) et renforcer l’offensive contre le projet de surveillance de la technopolice !
  • 18h /// La communauté sourde en lutte contre l’appareillage
    Documentaire « Ces sourds qui ne veulent pas entendre »
    Depuis le XIXe siècle, les personnes Sourdes se battent pour que leur culture vive aux comptoirs des cafés, sur les bancs des universités, les planches des théâtres. L’implant cochléaire est une solution technique prônée par de nombreux médecins. Mais beaucoup de personnes sourdes refusent cet implant, l’audition n’est pas pour elles un manque. Ce documentaire collectif donne la parole à de multiples protagonistes refusant d’être « réparées » par le son et les appareils, iels défendent la langue des signes et mettent à mal la vision médicale qui cherche à les « guérir ».
    Soirée concert -> programmation à venir
Dimanche 19 mai
  • À 11 heures /// projection Le garçon et le monde. pour les plus jeunes !
    À la recherche de son père, un garçon quitte son village et découvre un monde fantastique dominé par des animaux-machines et des êtres étranges. Un voyage lyrique et onirique illustrant avec brio les problèmes du monde moderne à travers le regard d’un enfant.
  • 11h /// Nos corps face à leurs jeux .Présentation du tout nouveau numéro de la revue Z (avec des membres du collectif)
    L’automne dernier, la revue Z a arpenté la Seine-Saint-Denis, alors que les pouvoirs publics et les géants du BTP donnent les derniers coups d’accélérateurs en vue des Jeux Olympiques et Paralympiques. Comment la machine olympique s’attaquent-elles aux corps ? Ceux des travailleurs qui construisent les Jeux, ceux des athlètes qui s’abîment face à l’injonction à la performance, ceux des personnes qui ne correspondent pas aux normes de la compétition, qu’elles soient grosses, voilées, trans ou handicapées ? Et surtout comment certain·es s’organisent pour ne pas abandonner la joie, celle de se mettre en mouvement, de crier dans les tribunes, de suer ensemble, de jouer l’un·e avec l’autre. D’un club de boxe autogéré par des femmes trans à une ligue de basket-ball qui contourne les règlements racistes des fédérations sportives, Z a récolté les récits de celleux qui ne refusent pas le combat, et rendent coup pour coup.
  • 14h /// La transidentité n’est pas un transhumanisme par Clémence Ortega Douville
    « Il ne s’agit pas d’améliorer les performances d’un corps dans le but de le rendre plus apte à la domination, dans le contexte d’une société capitaliste et néo-libérale basée sur le monopole du pouvoir et la compétition. Il ne s’agit pas non plus forcément d’appliquer un pansement sur une blessure plus profonde, de choisir la facilité ou de ne pas savoir se résigner face à la nature, comme s’il s’agissait d’acheter un corps en kit dans l’idée, encore une fois, de l’améliorer » Réflexion sur la la manière dont la société genrée impacte nos manières de transformer nos corps, à partir de la brochure La transidentité n’est pas un transhumanisme.
  • 16h /// Réparer les machines, construire les nôtres
    Avec Claire et Claire de l’Atelier Paysan et Cixy et Cam’s de l’Atelier Riso des Tanneries.
    À partir de « Reprendre la terre aux machines », manifeste de l’Atelier Paysan (coopérative qui accompagne les agriculteur.ices dans la conception et fabrication de machines et bâtiments adaptés à une agroécogie paysanne), on parlera de la manière dont les industries technologiques déshumanisent et confisquent les savoirs et savoir-faire, et de comment rompre avec le modèle extractiviste dominant. Apprendre à réparer, faire vivre nos vieilles machines, en inventer, se former en collectif et selon des dynamiques féministes, voilà de quoi nous mener tout droit vers l’autonomie joyeuse et révolutionnaire.
  • 18H30 Concert de clôture / Lucéluci / piano/voix / 50 minutes
    Lucéluci est un duo de chansons pas très drôles, mais pas larmoyantes, un peu cyniques et poétiques, formé, comme son nom l’indique par Luce et Lucie. Leur tour de chant intitulé : « Chansons démoralisantes pour toute la famille » brasse différents thèmes allant de la fin du monde, du feu, des angoisses, de l’avenir incertain aux amitiés tenaces
    Après-midi ///
  • Atelier Fabrique tes cartes postales…qui n’aiment pas les jeux olympiques – pour imprimer toi même ta désapprobation
  • Le guichet : cyber-café lowtech et feu de bois
  • Sans oublier Youpi goûter : pancakes divinatoires, churros de l’amitié, gâteaux loterie et galettes du destin

Listes des maisons d’éditions présentes, infos pratiques et contacts sur :
https://festivaldulivre.tanneries.org/

Détails

Début :
mai 18 @ 10:30 am
Fin :
mai 19 @ 8:00 pm
Catégorie d’Évènement:

Lieu

Dijon (21)